Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Temptations: Les Années Soul Psychédelique (1968-1975)

Publié le par Vincent Turban

The Temptations: Les Années Soul Psychédelique (1968-1975)

Au fil des années 60,Motown auréolé de gloire et de crédibilité depuis sa création en 1959, est devenu la bande sonore de la jeune Amérique avec ses hits calibrés. Il reste un créneau sur lequel le label n’ose pas s’aventurer, celui de la prise de conscience des problèmes affectant l’Amérique noire.

Sous l’impulsion de Norman Whitfield, The Temptations vont effectuer une incursion dans la "Soul Psychédélique", écrivant une des plus belles pages de Hitsville USA.

Une véritable révolution sonore amorcée à la sortie de "Cloud Nine" (1968) coïncidant avec l’arrivée de Dennis Edwards, remplaçant de David Ruffin qui souhaitait devenir le leader du groupe. Guitares Wah Wah en avant, effets sonores et généreuses lignes de basses caractérisent cette émancipation artistique libérée d’un carcan un peu trop convenu par moments.

"Cloud Nine" la pièce maitresse de l’album du même nom sera récompensée d’un Grammy Award en 1969.Suivront "Runaway Child Running Wild", "I Can’t Next Get To You", "Psychedelic Shack" et "Ball Of Confusion" (1970) qui liste les maux qui déchirent l’Amérique : la ségrégation raciale, la guerre du Vietnam, la corrupution, la toxicomanie galopante…

Ce son novateur et radical s’accompagne d’un changement vestimentaire : les Tempts délaissent les smokings pour des tenues plus en adéquation avec leur musique.

Pourtant la formation d’origine va progressivement disparaitre avec les départs de Eddie Kendricks (mal à l’aise dans le registre psychédélique et en froid avec Otis Williams) et Paul Williams (alcoolisme combiné à une dépression et une maladie héréditaire, il se suicide d’une balle dans la tête le 17 Aout 1973).

Richard Street des Monitors et Damon Harris, un clone vocal de Mr Kendricks font leur entrée dans le groupe qui continue de voguer sur la vague du succès: "Superstar" (1971), "Take A Look Around" et bien sur l’inouï "Papa Was A Rolling Stone" (1972) couronné d’un Grammy Award, le second pour les Temptations.

Un défilé de hits entre 1973 et 1975 : "Masterpiece", "Plastic Man", "Hey Girl", "Let Your Hair Down", "You’ve Got My Soul On Fire", "Glasshouse", "Happy People" et "Shakey Ground". Ces chansons sont extraites des albums "Masterpiece" "1990" et "A Song For You".

Lassés de devenir des faire valoir, agacés que Whitfield limite leurs interventions sur des fresques musicales de plus en plus complexes et léchées dépassant par moments les 14 min, The Temptations entament une collaboration avec Jeffrey Bowen, transfuge d’Invictus Records alloué suite au départ de Whitfield.

Malgré les qualités musicales indiscutables du Lp "A Song For You", Bowen fait vivre un calvaire aux Temptations à cause de son caractère irascible et violent, et ces derniers vivent mal cette relation. Ajoutez à cela les egos surdimensionnés, les comportements de diva de certains membres et les changements incessants de personnel, les Tempts entament lentement leur déclin…

Fin de cette période exceptionnelle qui écrira parmi les plus belles pages du funk, de la soul, de la musique populaire et du rock de cette décennie musicale foisonnante.

Commenter cet article